Sortie de la Grotte de Sel, Vallée de la Lune, Atacama

Janvier 2013, Désert d’Atacama au Chili. La Vallée de la Lune est un parcours dans une portion de désert comportant plusieurs points d’intérêt. La Grotte de Sel en fait partie. C’est un long boyau étroit et sombre dans une grotte creusée par l’érosion et dont les parois et alentours sont faits de d’une croûte salée particulière au coin. D’après ce que je retiens de ce que j’ai compris (et donc d’une rigueur scientifique absolue), le sel contenu dans le sol remonte par capillarité après les rares pluies qui peuvent survenir quelques jours par an dans la région au cours de l’hiver Bolivien.
Ce sel recouvre la terre et les roches et crée des formes bizarres, parfois striées et coupantes, parfois arrondies ou en fractales comme des choux-fleurs.

Un bébé phoque sur une plage de Kangaroo Island

Kangaroo Island, février 2007. Sur cette plage au sud de Kangaroo Island, des centaines de phoques viennent se reposer après une intense chasse dans les eaux glaciales du sud. On ne s’en approche pas à moins de 20m et l’accès à la plage est très surveillé par le staff du Seal Bay Conservation Park.
C’est bébé lion de mer australien (« Neophoca cinerea » me dit Wikipedia), une espèce de phoque de la région dont on compte un peu moins de 15000 individus. Ils diffèrent des phoques classiques par les faits de nager davantage grâce à leur nageoires avant et d’avoir des oreilles externes. Une fois adulte, quand il aura 7 ou 8 ans, ce mignon petit animal pourra nager pendant 3 jours pour aller chasser des poulpes, des crustacés et des poissons à 100 km de la côte en plongeant jusqu’à 1200 fois pendant 10 minutes à 275 mètres.

Un Hutong de Pékin

Près du temple de Confucius, et probablement dans plein d’autres endroits de Beijing, il y a (avait ?) plein de jolies ruelles étroites, les Hutongs, bordées de maisons traditionnelles, les Siheyuans. Ceux de la photo, situés dans un endroit touristique, ont la chance d’être restaurés et existent probablement encore aujourd’hui. Mais d’après ce qui se dit (sur Wikipédia ou par quelques français vivant sur place), les constructions modernes remplacent peu à peu ces habitations historiques et des quartiers entiers sont rasés au profit de grosses tours ou barres.

Les Torres del Paine

La balade est fréquentée. Quatre ou cinq jours de marche en Patagonie pour le ‘trek W’. Le premier jour est consacré à l’arrivée depuis Puerto Natales, au montage des tentes, et à la monté vers les Torres.

Chemin de montagne pas trop difficile mais la dernière partie, dans un gros pierrier, est un peu pénible. Si on est chargé des sacs, il faut les laisser au camp d’en bas. Impossible de rendre en photo la sensation de l’arrivée. Les ‘tours’ (des gros blocs de granit sculptés par le glacier) sont immenses, et posent leur pied dans le lac Cerro Oggioni vert brillant. Des nuages trop pressés se cognent aux sommets et y laissent des plumes comme des moutons qui perdent un peu de laine en frôlant des épineux. C’est cool.
Difficile de dire l’altitude: Wikipedia parle de sommets à 2500m et google maps affiche un relief à 1600m. Dans les deux cas, il y a environ 900m entre le lac et la cime (la hauteur de trois tours Eiffel).

Difficile d’en partir, mais il faut redescendre: même si le crépuscule sur ces rochers doit valoir le coup d’œil, cela signifierait faire la fin du retour dans l’obscurité. Et il reste au moins trois jours de marche aussi intense.