C’est une jolie vallée, presque un canyon par endroits, sur le chemin du GR 54. L’absence d’arbre en fait un endroit difficile les jours de soleil. Prévoir un chapeau.

Cascade de l'Alé dans les écrins, aquarelle
La cascade de l’Alé dans les écrins, aquarelle Sennelier sur carnet Seawhite of Brighton, papier 200mg

On peut y venir à pied depuis Vallouise, mais on gagne du temps en se garant sur le parking du refuge des Bans.

La balade le long du torrent de la Selle, qui mène au torrent d’Alé, est assez simple, sur un bon sentier et sans trop de dénivelé. On peut y voir de nombreuses cascades qui tombent de l’Aiglière.

Cascade tombant de l'Aiglière
Cascade tombant de l’Aiglière

Cette cascade est très mignonne car elle a une piscine au milieu et tombe dans un petit lagon avec une cavité et une arche. L’eau est (assez logiquement dans ce genre d’endroit) d’une jolie couleur.

Cascade du torrent de l'Alé
Cascade du torrent de l’Alé

Plus haut, c’est la vue sur le glacier de Chanteloube et la pointe de Verdonne qui laisse baba.

Le glacier de Chanteloube et la pointe de Verdonne
Le glacier de Chanteloube et la pointe de Verdonne

Si on continue le GR, sur une section qui devient un peu plus technique à partir du bout du val, et qu’on passe le ravin de la Saume et les deux cols suivants (col de l’Aup Martin et Pas de la Cavale), on arrive au refuge du Pré de la Chaumette.

La vallée du Fournel, entre la crète de la Pendine et la Tête de Cannonière
La vallée du Fournel, entre la crète de la Pendine et la Tête de Cannonière

Noter que le col de l’Aup Martin peut être difficile s’il a plu récemment. C’est pentu, c’est du schiste, il faut prendre son temps… Prévoir des bâtons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *